dimanche 13 mars 2016

Tornade - Jennifer Brown

★★★★

Titre:Tornade
Auteur: Jennifer Brown
Traducteur: Céline Alexandre
Editions: Albin Michel
Collection: Wiz
Parution: 1er avril 2015
Prix:14.90
















Résumé:
C'est un jour comme un autre pour Jersey. Sa mère et sa fantasque petite soeur Marine partent pour le cours de danse. Encore à elle la corvée de préparer le dîner, étendre le linge. Et le temps est abominable, peut-être même une tornade à l'horizon. Mais Jersey n'a pas peur, elle connaît ça les tornades, elle en a déjà vu. Pour l'instant, elle savoure le calme : cette casse-pierds de Marine n'est pas là, sa mère ne peut lui faire aucun reproche. Quand tout bascule en quelques secondes : une tornade d'une violence exceptionnelle dévaste tout sur son passage, les maisons, les arbres, les routes, les gens. Réfugiée au sous-sol, Jersey est indemne à part des blessures légères. Dehors c'est une vision de cauchemar, des voisins blessés et traumatisés errent dans la rue jonchée de gravats et de débris. Et aucun appel ne passe, Jersey a beau appeler et appeler encore sur le portable de sa mère, impossible de la joindre...


Avis:
Aujourd'hui je viens vous parler de ma lecture de Tornade de Jennifer Brown. Jennifer Brown est une auteure que j'avais envie de lire depuis longtemps et en lisant notamment Hate list -ce que je n'ai pas fait. Cela faisait un petit moment que Tornade traînait dans ma Pal puis un soir où le vent était déchaîné, j'en ai conclu que c'était le bon moment. Et je ne regrette pas, il m'aura fallu deux petites soirées pour le finir.

Tornade, c'est quoi ? Et bien, c'est l'histoire de Jersey, une jeune fille qui vit avec sa mère, son beau-père et sa demi sœur. Un jour, lorsque sa mère emmène Marine -sa petite sœur- à son cours de danse, une tornade frappe la ville, dévastant les bâtiments comme les gens. Notre héroïne se retrouve seule, tapie au fond de sa cave, personne ne répondant sur le téléphone de sa mère. Trois jours plus tard, son beau-père réapparaît mais il n'agit pas forcément comme Jersey l'aurait espéré.

A vrai dire, je ne savais pas trop à quoi m'attendre en commençant ce roman mais surement pas à ça. Je m'attendais à ce qu'il se concentre sur la tornade mais en réalité il est plus axé sur l'après tornade. La tempête n'est donc qu'un prétexte pour le suite de l'histoire. L'auteure nous plonge dès les premières pages dans les tourbillons de cette catastrophe naturelle, puis après nous suivons Jersey seule face aux cruelles conséquences.  

Il m'a été très difficile de lâcher ce livre, j'étais comme happée par l'histoire. Plus rien n'existait autour de moi. J'ai adoré suivre l'évolution psychologique de notre protagoniste, la recherche de sa famille ainsi que ça reconstruction. A plusieurs reprises j'avais une petite boule au fond de la gorge. Mes sentiments m'ont rappelé ceux que j'avais éprouvé lors de ma lecture de Ma raison de vivre de Rebecca Donovan. J'ai ressenti la même colère face à l'injustice dont était victime notre héroïne. Si vous avez lu ce livre dites moi si je suis la seule à avoir trouvé sa meilleur amie détestable avec elle ? Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas juré contre des personnages pendant une lecture et j'avoue que ça fait du bien.

Certains éléments m'ont un peu dérangés tout de même. J'ai trouvé que certaines situations étaient peut-être un peu trop poussées à l'extrême ... Comme le fait que tout le monde s'acharne sur Jersey. La fin est peut-être un trop simple, déjà vue mais après tout un peu de douceur ne fait pas de mal.Les contrastes qu'on trouve dans ce livre sont tellement fort qu'ils rendent l'histoire caricaturale sur certains points. Pendant 100 pages tout le monde est détestable avec elle puis les 100 pages qui suivent la situation est inversée. C'est elle qui devient odieuse avec tout le monde.

L'écriture de Jennifer Brown est juste, totalement juste. C'est une de ces auteures qui n'utilisent pas d'artifices qui dit les choses lorsqu'elles doivent être dites: elle ne passe pas par quatre chemins. Et j'aime ça. Elle nous fait ressentir l'émotion de son personnage avec une telle force que s'en est déconcertant. 


"J'ai beaucoup réfléchit au mot "tout". Chaque fois qu'il arrive une catastrophe, les gens disent qu'ils ont "tout" perdu: leur voiture, leur maison, leur affaire. En fait ils n'ont aucune idée de ce que veut dire "tout" perdre. Aujourd'hui j'ai compris que même moi, je n'ai pas tout perdu parce que j'ai encore ce maillot de bain à pois rouges dans ma mémoire. Je me souviens de ces soirées-glaces, des snowboards, du scorpion dont Marine avait peur, du sweat-shirt Barking Bulldogs, du vernis à ongle bleu rouge-gorge. Savoir que je possède ces souvenirs me permet de relativiser."

Une écriture simple, choc, qui vous va droit au cœur. Une lecture à fleur de peau. Un presque coup cœur.

Pauline

10 commentaires:

  1. C'est vrai que certaines situations de ce roman sont un peu "grosses", mais l'écriture est si prenante que je suis passée au dessus de tout cela ! Beaucoup de sentiments, une écriture touchante ... Bref presque un coup de cœur pour moi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais... J'ai vraiment envie de lire Hate list pour retrouver ce style

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout ce livre ni l'auteur mais ton avis me donne envie de découvrir ce beau roman.

    RépondreSupprimer
  3. Pour le moment, je suis loin d'être convaincue... :/ J'espère que cela ne va pas durer^^

    RépondreSupprimer